Dépression : premiers gestes d'urgence

Je vais tout vous dire. Je viens d'avoir un vrai petit coup de dépression. Moins de 24 heures, mais 24 heures sévères. J'ai nettement entendu cette voix qui entraîne vers le fond, qui décourage les envies, annule les besoins, et sabote tout mouvement . Je me suis vu couler. Comprenant ce qui m'arrivait, je suis parti à la recherche d'une zone en moi qui ne soit pas douloureuse. Je l'ai trouvé.Il y avait au niveau du cœur, une zone totalement immobile, comme un roc de stabilité. Je m'y suis accroché comme un coquillage à son rocher, laissant la tempête des émotions passer.

Mais j'ai aussi trouvé l'énergie de demander à mon compagnon de me toucher, de me frotter, de me masser, de se coller à moi.

 
Il m'a ramené à la vie. Vraiment, j'ai senti l'énergie qui venait juste de me quitter entrer en moi à nouveau. J'ai pu refaire les gestes de routine, sortir du lit, me laver, déjeuner. J'avais une consultation avec un bébé. Elle m'a soigné moi aussi. Et j'ai redémarré, un peu comme un ordinateur.


Puis j'ai cherché la cause, mais c'est une autre histoire.


Ce que je voulais écrire ici, c'est : si vous êtes présent quand un de vos proches sombre, là, tout au début, il faut le ramener dans son corps. Il faut le toucher, le caresser, le masser. Comme on ferait pour une réanimation. Il faut évidement qu'il donne son consentement.

 
Puis l'emmener se promener dans la nature.
Qu'est ce qu'on risque ?

Liens et suggestions

Here's come the TEST

Here's comes the form. PENDANT