Les secrets ne se reposent pas

Un thérapeute travaillant sur les familles révèle le prix à payer quand on garde le silence.
« Comme quelqu'un qui a étudié et pratiqué la thérapie familiale depuis 37 ans, je suis régulièrement frappé par l'impact d'un secret sur une famille. Avec les meilleures intentions du monde, les parents cherchent souvent à protéger un enfant contre un événement honteux ou douloureux qui est arrivé dans le passé. Mais garder un secret a généralement l'effet inverse. Il peut créer un péage dans leur famille pendant des années, voire des générations.

Un secret peut remonter à la surface en "réaction à un jour anniversaire," c'est-à-dire une réponse physique ou émotionnelle à une date du calendrier. Une étude des survivants de l'ouragan Katrina montre une augmentation des dépressions, des maux de tête, maux de ventre et cela, chaque mois d'Août, le mois de la tragédie en 2005. Quand ils sont reconnus dans un contexte social et familial favorable et de la communauté, ces symptômes ont tendance à être de courte durée. Mais les réactions aux dates des anniversaires liées à des événements privés durent plus longtemps. Leurs origines sont plus difficiles à découvrir et expliquer, et augurent de secrets de famille de longue date que le gardien trouve trop traumatisant de révéler.

Nous portons tous un calendrier interne, juste en limite de notre conscience. Les réactions aux dates anniversaire peuvent être supportées par le porteur secret ou par un autre membre de la famille. De toute façon un secret se paie à un prix élevé pour les relations familiales et l'identité individuelle. Mais de la même façon que j'ai été frappé par les dommages causés par des secrets, j'ai été frappé à plusieurs reprises par le pouvoir de guérison quand on les fait remonter à la surface. C'est une idée qui a été imprimé en moi par deux familles en particulier.

1. Carol

Il ya plusieurs années, je travaillais avec une famille dont la mère se lavait ses mains compulsivement plusieurs dizaines de fois par jour. Je vais l'appeler Carol pour protéger son identité réelle. Dans le début des années 70, Carol était une femme en bonne santé et énergique qui refusait de sortir de chez elle, sauf pour les visites chez le médecin. Son mari, Bill, se plaignait car il se sentait comme un prisonnier. Enfants adultes et petits-enfants étaient exilés de chez elle. Bill et Carol avaient des disputes inutiles au sujet de son lavage de mains. Ses symptômes handicapaient sa vie.

L'anxiété de Carol s'aggravait chaque année en Mars et en Novembre, ce qui entraînait souvent de brèves hospitalisations. Bien que la famille m'ait dit ne pas aimer les étrangers, ils ont paradoxalement traîné leur mère d'un professionnel à l'autre. Les quatre enfants étaient compétitifs, chacun essayant d'être celui qui trouverait la solution à l'agonie de leur mère. Deux mois ont été consacrés intensément à tenter de résoudre "les problèmes de la mère."

Je me demandais ce qui avait pu se passer dans cette famille?

Lorsque Carol a finalement pu parler, j'appris un secret ancré dans une profonde honte. Carol était tombée enceinte à 17 ans. Ses deux enfants, deux filles aînées, étaient nées avant son mariage légal en 1950. Elle se maria plus tard avec leur père, mais en attendant, elle fit face à une forte désapprobation de la part de ses parents, qui l'ont envoyée accoucher ailleurs, et ses beaux parents lui envoyèrent un mot pour blâmer Carol et Carol seule, de la situation. Carol n'avait pas révélé la lettre à son mari jusqu'à ce qu'ils arrivent en thérapie avec moi près de 50 ans plus tard.

Carol était une femme en bonne santé et énergique qui refusait de sortir de chez elle, sauf pour les visites chez le médecin. Ses symptômes ont handicapé sa vie.

Malgré une vie pleine au milieu de sa famille, Carol s'est senti obligée de garder le secret. Elle cacha son certificat de mariage dans le fond d'une vieille malle au sous-sol, et parler de la date de son mariage était interdit dans les conversations familiales. Ses enfants préadolescents le trouvèrent, comprirent le sens de la date, saisirent la honte, et ajoutèrent ce secret au secret. Le couple n'avait jamais fêté son anniversaire de mariage parce que ce serait reconnaître le fait qu'ils s'étaient marié avant la naissance de leurs filles. Ils ne fêtaient pas non plus les anniversaires de leurs filles en Novembre et Mars. Ce fut le moment où Carol s'est désintégré émotionnellement.

Lorsque Carol a finalement partagé son secret ancien, ses enfants adultes ont répondu avec soin et compassion, affirmant qu'ils savaient tout ce qui avait été caché. Ils n'avaient pas connecté l'anxiété extrême de leur mère à ce secret. Ils avaient identifié le lavage des mains compulsif de leur mère comme un problème mais ils ne l'avaient jamais connecté à sa honte personnelle.

Après avoir travaillé avec Carol, je me suis émerveillé avec le recul qu'elle ait tant souffert pour quelque chose qui est considéré comme presque pittoresque aujourd'hui. Carol ne s'est pas réveillé un matin en décidant de créer un secret. Il s'est formé sur la base de la forte désapprobation de sa famille, de sa future belle-famille et de la culture au sens large. Le code de déverrouillage des secrets de famille est souvent la honte et l'humiliation ressentie par les individus et les familles quand la réalité personnelle s'éloigne des contextes sociaux, culturels et politiques. La honte et le secret de vivre ensemble dans un cercle étroit, plus il y a de la honte, plus il y a de secret, plus il y a de secret, et de honte.

2. Jaime
Si la personne qui héberge un secret souffre souvent de dommages émotionnels, il en va de même de la personne à qui on cache un secret. Ca a été le cas pour mon client, que je vais appeler Jaime.

Jaime était un lycéen de 17 ans, chercheur prometteur et un athlète, quand il a commencé à entendre des voix lui disant de faire du mal à sa belle-mère, Anna. Il a été rapidement hospitalisé, avec un diagnostic de schizophrénie, et mis sous médicament antipsychotique. Dans le même temps, la famille lui a dit de commencer une thérapie. Nous avons rapidement découvert que "l'épisode" de Jaime avait coïncidé avec le deuxième anniversaire de la mort de sa grand-mère bien-aimée. Personne dans la famille n'avait fait un lien entre l'anniversaire et le comportement de Jaime.

Jaime a été élevé dès l'enfance par sa grand-mère au Mexique. L'été avant sa mort, le père de Jaime, Alberto, l'a amené à New York pour être avec lui et sa belle-mère, en lui cachant le cancer en phase terminale de sa grand-mère. «Je ne voulais pas lui faire de peine. Je voulais juste le protéger et lui offrir un été amusant », explique son père. Lorsque sa grand-mère est morte ce mois d'Août, Jaime est resté à New York.

Aucun rituel à New York n'a marqué la mort de sa grand-mère, et en raison de problèmes d'immigration, Jaime n'a pas été autorisé à se rendre au Mexique pour son enterrement. Les conversations dans la famille à propos de cette relation, peut-être la plus importante pour Jaime, étaient inexistantes. Le silence faisait écho à l'absence de toute discussion au sujet de sa mère biologique, ainsi que de toute l'histoire de son père et la migration de la belle-mère, ou de sa vie avec sa grand-mère. Comme dans de nombreuses familles, les secrets sont multiples et liés l'un à l'autre.

Jaime parlait peu à son père et à sa belle-mère encore moins. Quel était le mystère qui expliquait les «voix» lui disant de faire du mal à Anna ? Et où était la mère biologique de Jaime ? L'histoire est restée hors de sa portée jusqu'à ce que sa belle-mère Anna lui révèle un secret qu'elle cachait. Elle lui dit que, alors que sa grand-mère l'aimait profondément, a pris bien soin de lui, et l'a encouragé à être un excellent élève, elle n'était pas accueillante, et en fait maltraitait sa vraie mère et elle. Avec les meilleures intentions, son père et Anna lui ont caché ce secret. Quand Anna a eu une fille, la famille a émigré du Mexique à New York, laissant Jaime avec sa grand-mère. En grandissant, sa grand-mère lui racontait des histoires terribles sur sa belle-mère .

Comme dans de nombreuses familles, les secrets sont multiples et liés les uns aux autres.

Plusieurs couches de secrets et de silences dans les coins de cette famille bien intentionnée ont presque créé une tragédie permanente d'erreurs de diagnostic psychiatrique et de relations irréparables. Juste avant l'anniversaire de la mort de sa grand-mère, un anniversaire non reconnu, et en l'absence de toute conversation, Anna avait commencé à aider Jaime avec ses devoirs de collège. «Je me sentais tellement confus : ma grand-mère m'avait dit de ne jamais laisser Anna entrer dans ma vie, je devais lui être loyal, et voila Anna si douce et aimante. Personne ne parlait de la mort de ma grand-mère. Je savais qu'elle ne voudrait pas que je vive ici, et surtout que je me laisse aider par ma belle-mère. Rien de tout cela n'avait de sens, je sentais que ma tête allait exploser ".

La solution émergea pour Jamie quand il discuta avec sa belle-mère et son père, et apprit à reconnaître ses sentiments contradictoires au sujet de sa grand-mère et de sa belle-mère. Peu de temps après que les secrets de famille aient été révélés, Jaime a cessé d'entendre des voix.

Ces deux cas illustrent comment les secrets enchevêtrent les relations. Les réactions aux dates des anniversaires aident à faire remonter les secrets en surface. Ils peuvent être de création récente, comme ceux de Jaime et de sa famille, ou vieux de plusieurs décennies et ils imprègnent tous les coins de la vie d'une famille élargie, comme nous l'avons vu avec Carol. L'agitation de Jaime a été ancrée dans la mort, tandis que celle de Carol a été générée par la naissance. Ce qu'ils partagent est le prix élevé dans les relations familiales et l'identité individuelle ».

Evan Imber-Black est un professeur au Marriage and Family Therapy Masters Program au Mercy College. Elle est aussi le directeur du service de soins pour les familles et la santé au Centre Ackerman pour la famille et l'auteur de plusieurs livres, dont La vie secrète des familles.

 

Liens et suggestions

Here's come the TEST

Here's comes the form. PENDANT